Budget 2020 : un budget qui accentue l'injustice fiscale et sociale

Mardi 10 décembre 2019, j'ai voté contre le budget 2020. Ce texte n’est pas à la hauteur des enjeux économiques, sociaux et de l’urgence climatique. Le gouvernement présente ce budget comme le budget du pouvoir d'achat, alors qu'il accentue l’injustice fiscale et sociale que vivent les Français. J'ai pourtant, avec le groupe socialiste au Sénat, fait des propositions ambitieuses comme instaurer un ISF rénové ou encore un impôt sur le revenu plus progressif afin de répondre aux demandes de justice sociale de nos concitoyens.


Mais le Gouvernement s’entête avec sa politique économique à destination des plus aisés, ignorant l’accroissement des inégalités dans notre pays et ses conséquences sociales.


Ce budget ne répond pas davantage à l'urgence écologique. De quelles actions concrètes en matière de lutte contre le réchauffement climatique parle-t-on lorsque l’on aborde ce projet de loi de finances ? On parle juste d'une suite de taxation ou de réduction d’exonération des taxes sur les produits les plus polluants. Espérer, par l’effet prix, d’en diminuer l’usage... C'est insuffisant. L’urgence de la situation nous oblige à prendre des mesures beaucoup plus radicales.

Je suis intervenue en séance à la tribune pour dénoncer cette supercherie.



Par ailleurs, j'ai défendu différents amendements :

  • Violences conjugales : mon amendement pour protéger les femmes et les enfants a été adopté. 143 000 enfants vivent dans un foyer où la mère a déclaré être victime de violences commises par son conjoint ou ex-conjoint. En 2018, c’est 21 enfants qui sont morts dans le cadre de ces violences, et 82 qui ont perdu leur mère. Le destin de ces enfants n’est pas assez reconnu, exposé et il est trop souvent oublié. L'adoption de cet amendement est une première étape pour leur protection



  • Je me suis prononcée contre les restrictions d'accès à l'aide médicale d'Etat. En effet, je regrette que le discours du gouvernement restreigne les droits des nouveaux arrivants sur le territoire. Sur cette question de l'aide médicale d'Etat, nous parlons d'une population fragile et précaire. Aujourd'hui, on dénombre plus de 50% de non recours à l'AME. Le taux de fraude est de 0,6%. Il est donc plus qu'urgent que ceux qui devraient avoir accès à ce droit y aient accès, pour leur santé propre et pour la santé publique.


  • Suppression de la TVA sur les produits biologiques : J'ai proposé, par le fait de supprimer la TVA sur les produits de l'agriculture biologique, de corriger un différentiel de prix lié à des contraintes fortes pour les producteurs, pour démocratiser l’accès de ces produits à tous, pour notre santé pour l’environnement!La nécessité d’accélérer la place des produits issus de l’agriculture biologique dans l’alimentation des Français passe par une mesure fiscale forte. Cet amendement a été rejeté


  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône sociale YouTube