CP - Budget 2019 : Baisse drastique des crédits consacrés à la politique de l’emploi




Présentés en Commission des Finances du Sénat ce mercredi 14 novembre, j’ai voté contre les crédits de la Mission Travail-Emploi du budget 2019, dénonçant pour la deuxième année consécutive, leur baisse drastique alors que l’amélioration du marché du travail est loin d’être évidente.


Co-rapporteure spéciale sur cette mission, quelles sont les raisons de mon opposition ?

  • La baisse du nombre de contrats aidés, pourtant indispensables aux personnes les plus éloignées du marché du travail

  • La baisse de la subvention versée à Pôle emploiqui oblige l’opérateur à supprimer 400 emplois, alors que la charge de travail de Pôle emploi va être augmentée par la prise en charge des salariés démissionnaires, des travailleurs indépendants, du contrôle des demandeurs d’emploi. Quelles traductions à cette mesure sinon la baisse de la qualité du service public de l’emploi, de l’égalité des usagers devant ce service public et de la dégradation des conditions de travail des agents ?

  • L’affaiblissement de l’Afpa,

organisme de service public de formations qualifiantes, et le risque que les régions se tournent vers des formations low cost, alors que le Gouvernement a annoncé faire de la formation professionnelle une priorité ;

  • La baisse des effectifs de l’inspection du travail alors que le droit du travail a fait l’objet d’importantes réformes qu’il convient de mettre en œuvre et que la lutte contre le travail illégal et la fraude au détachement sont des enjeux majeurs.

La commission des finances a adopté lors de l’examen de mon rapport, un amendement que j’ai porté, qui augmente significativement les crédits alloués aux maisons de l’emploi et permettrait ainsi à ces dernières de maintenir leurs activités.

Néanmoins, j’ai tout de même voté contre ce budget car c’est un budget qui met en œuvre une logique de coupe budgétaire sans vision d’avenir, qui, plutôt que d’améliorer l’efficacité des parcours d’insertion et d’accompagnement vers l’emploi, ne fait que participer à la construction de carrières précaires pour des personnes toujours plus éloignées du travail.

Ce budget est selon moi contraire à la définition d’une politique ambitieuse pour l’emploi et la formation de tous nos concitoyens