Loi Bioéthique : rencontre avec l'Association pour le droit à mourir dans la dignité 94

Mis à jour : 26 nov. 2018


J'ai échangé avec des représentantes de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité 94 afin d'aborder les enjeux liés à la future loi Bioéthique. 


L'association pour le droit à mourir dans la dignité existe depuis 1980 et rassemble près de 70 000 adhérents. Elle oeuvre au quotidien pour la possibilité que chacun puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie, dont une aide active à mourir lorsque "la vie n'est plus que de la survie", selon leurs mots.


Le débat sur la fin de vie est en effet sensible et complexepuisqu'il fait appel à des convictions morales, religieuses, philosophique et éthiques. Il n'en reste pas moins fondamental.

En France, le dernier texte en vigueur à ce sujet est la loi "Claeys/Leonetti" de février 2016, dont les 3 points principaux peuvent se résumer ainsi :

  • Consécration du droit pour chaque personne de demander une sédation profonde et continue jusqu'à son décès si certaines conditions sont remplies (pronostic vital engagé, souffrance insupportable)

  • L'application des directives anticipées afin de garantir la liberté de choix du malade en fin de vie pour l'arrêt des traitements

  • Création d'un véritable statut de la personne de confiance chargée de faire appliquer le choix des malades ne pouvant exprimer leur volonté.

Concernant l'aide à mourir, l'ADMD 94 demande la même loi appliquée en Belgique depuis 2002, qui a partiellement légalisé le suicide assisté mais en l'encadrant très strictement : le patient doit être victime d'une souffrance physique ou psychique constante et insupportable des suites d'une affectation accidentelle ou pathologique incurable, et se trouver dans une situation médicale sans issue.

Face aux débats très présents sur la question de la gestion pour autrui, orchestrés par les réseaux hostiles à toute forme de progressisme, je veillerai particulièrement à ce que l'on n'oublie pas d'aborder les questions de l'aide à mourir.