PPL Réorientation de l'épargne des français·e·s

En séance au Sénat j'ai présenté la position du groupe écologiste sur la proposition de loi (Indep) visant à réorienter l'épargne des français. Les inégalités salariales qui existaient avant la crise se doublent désormais de profondes inégalités patrimoniales.


Toute une partie de la population dont la vie professionnelle ne tenait qu’à un fil a subi de plein fouet, et sans filtre, les conséquences économiques du confinement : les indépendants, les autoentrepreneurs, les intermittents de l'emploi, les chômeurs déjà privés d'emploi... De l’autre côté, les stables, les détenteurs de capitaux économiques et les salariés qui ont la « chance » d’être bien installés professionnellement ont largement sur-épargné et constitué par la même occasion un patrimoine financier. Ainsi les 20% des ménages aux revenus les plus faibles ont vu leur épargne diminuer en 2020 alors que la moitié du surcroît d’épargne serait due aux 10% des ménages les plus aisés (CAE).


Il y a là un enjeu majeur de réforme fiscale d’abord, mais aussi à réorienter cette épargne dans la justice pour préparer l’avenir. Le dispositif présenté dans le PPL a le mérite de doter les territoires de moyens alors qu’ils en manquent cruellement à l’heure actuelle, mais disons les choses, c’est une goutte d’eau si on le rapporte aux baisses des dotations qu’ils ont connu depuis tout juste quelques années.


Le manque de garanties sur le fléchage de ces fonds régionaux vers une économie plus résiliente et la transition écologique nous conduit à nous abstenir.